ALGERIE ASSEKREM TASSILI DU HOGGAR
ret map

. ..

Le Hoggar, partie centrale d'un ensemble montagneux de près de 3 000 mètres, qui comprend au nord, le Tassili des Ajjers, au sud, l'Adrar des Iforhas et à l'est le massif de l'Aïr, étale sur des centaines de kilomètres des paysages rocheux dont les formes extraordinaires. Au centre du Hoggar, l'Atakor est un plateau volcanique de forme presque circulaire dont la hauteur moyenne est de 2 000 mètres. Il est sillonné d'oueds, de canyons et parsemé de pitons qui surgissent, d'énormes pierriers et qui peuvent atteindre les 3 000 mètres. Ces sommets sont constitués par d'anciennes cheminées de volcans dégagées par l'érosion, les principaux sont, l'Iharen, le Daouda, le Saouinan et les Tezoulaigs.

Le Père de Foucauld construisit un ermitage sur le plateau de l'Assekrem à 2 780 mètres d'altitude, et depuis ce lieu mythique la vue sur toutes ces aiguilles et montagnes de l'Atakor est fabuleuse. Séparé de l'Atakor par un immense plateau parsemé de roches volcaniques, avec à l'est les cuvettes de l'Amadror riches en sel , au nord les plaines d'Amguid et à l'est les plateaux de l'Adjerar, la Tefedest déroule sur près de 150 kilomètres de long et 20 kilomètres de large, dans un axe sud-nord, sa majestueuse barrière de montagnes dont les principales sont, au sud l'In Akoulmou et au nord, la Garet el Djenoun. Le Hoggar étant favorisé par les pluies, sa faune et sa flore sont plus riches que dans le Sahara septentrional. A des époques reculées, d'immenses fleuves partaient de ce château d'eau pour arroser le Sahara. Il reste un lieu de vie privilégié car les eaux des pluies y sont recueillies par les rochers et dans les oueds sablonneux : l'oued Tamanrasset va se perdre dans les sables du Tanezrouft, l'oued Tin Tarabin rejoind vers l'Est l'oued Tafassaset pour déboucher au lac Tchad.

Le Hoggar présente un paysage chaotique composé de pics, de tours, de dômes, d'aiguilles, de pyramides, d'orgues basaltiques, de coulées de lave figées dans leur mouvement, dont les couleurs vont du jaune flamboyant au violet noir. Partout de grandes vallées profondes entre de hautes murailles abruptes. Autour de ce noyau central, on trouve un ensemble de plateaux de grès : les tassilis, où sables et roches s'entremêlent pour former des paysages envoûtants : l'Immidir et l'Ahnet au nord ouest, Tin Missao, Tin Rerhoh et tassili du Hoggar au sud et enfin le plus connu et le plus grand le Tassili N'Ajjer au nord-est. Au nord-est du Hoggar, la pleine de l'Amadror est une immense cuvette au fond de laquelle se sont déposées d'énormes quantités de sel qui constituent la principale richesse des Touaregs.

A 80 km de Tamanrasset, l'Atakor est le cœur du Hoggar. Massif volcanique, il culmine au Mont Tahat (2 918m). Ses paysages sont principalement rocheux et constitués par des pics, des dômes et des aiguilles volcaniques qui donnent au relief un aspect très sauvage : pic Ilaman (2 740 m), plateau de l'Assekrem (2 730 m), aiguilles de Saouinan, Tidjmayene, Tezoulaig, Iharen et Adouada.

La Tadrart. Ce plateau de 300 km de long, situé au sud-est du Tassili N'Ajjer, porte deux noms pour préciser que l'Akakus se trouve en Libye et la Tadrart en Algérie. La Tadrart est un véritable labyrinthe auquel l'érosion a donnée de somptueuses formes. Ces reliefs érodées sont envahis et enrobés par les coulées des dunes des splendides ergs de Ouan kassa et Tin Merzouga, aux couleurs variant du rouge au jaune en passant par le blanc. La région du Tadrart Akakus est inscrite par l'Unesco au patrimoine mondial, reconnaissance de la richesse exceptionnelle de ses gravures et peintures rupestres. A l'est, l'Akakus se présente comme une épaisse dalle de grès, relevée sur son flanc ouest, où elle domine la vallée de Ghat, et qui s'affaisse en pente douce vers l'est. Le Grand Erg occidental est une immense mer de sable en forme de croissant de 80 000 km² limitée au sud et sud-est par l'immense haut plateau du Tademaït, à l'ouest par l'erg er-Raoui et au nord-ouest par l'imposante chaîne montagneuse de l'Atlas. Le contraste y est étrange entre les dunes ocres et les dépressions de sable gris qu'elles enserrent. Cette barrière apparemment infranchissable a toujours été sillonnée par les caravanes qui font la liaison entre les oasis disséminées dans les vagues de sable.

palm

Timimoun et le Gourara. Le demi-million de palmiers que comptent la région du Gourara abritent les jardins où l'on cultive des céréales (blé, orge, sorgho, mekrout) et des légumes variés (salades, oignons, fèves, tomates…). Les jardins sont irrigués par les "séguias" (canaux) où court une eau bruissante. Comme la plupart des oasis du Gourara, Timimoun est située sur le rebord du plateau, dominant la "sebkhra", ancien cours d'un fleuve fossile; une arène rouge surgit d'entre les dunes ocre-jaune et roses, on l'on peut admirer, à l'ombre d'un bosquet, la forteresse du ksar et ses troncs de bois pétrifés.

Le Grand Erg oriental (190.000 km²), deux fois plus grand que le Grand Erg occidental, est occupé à plus des deux tiers par une immense mer de sable. Il se trouve à l'est de l'Erg occidental dont il est séparé par un haut plateau pierreux, il est délimité au nord-est par les monts des Ksour en Tunisie, au sud par le haut plateau du Tademaït et au sud-est par la hamada de Tinrhert. Cette partie du désert saharien est caractérisée par d'abondantes dunes de sable et des conditions climatiques extrêmement sévères. La hauteur des dunes augmente sur les pourtours et à la lisière avec la hamada Tinrhert. Les rares traces de végétation se concentrent dans de petites oasis situées au périmètre du désert, parmi les plus grandes, on trouve au nord celle de El Oued. Le Tanezrouft (150.000 km²), « pays de la peur et de la soif », est une région désertique, totalement inhabitée, du sud Algérien. En 1935, elle est encore un blanc sur la carte. Une partie de son immense territoire est occupée par un grand bassin lacustre qui appartenait au réseau hydrographique qui sillonnait le Sahara il y a environ 10 000 ans.

L'immense haut plateau, délimité au nord-ouest par l'erg Chech en territoire algérien, au sud-ouest par le désert de El Khnachich au Mali et à l'est par le massif du Hoggar, est recouvert d'un désert pierreux, le reg, formé de blocs et de cailloux rocheux. Très peu de treks sont organisés dans cette région. L'erg Chech L'erg Chech (120.000 km²) est limité au sud par le haut plateau du Tanezrouft et à l'ouest par le massif du Yetti Eglab qui le sépare de l'erg Iguidi, il est séparé du Grand Erg Occidental au nord par un large bandeau de sable et par les collines de l'Ougarta, et de l'Erg oriental au nord-est par le haut plateau du Tademaït.

ret.