Honduras (2004)

. ..

Situé au sud est du Guatemala sa superficie est de 112 088 Km² pour une population estimée à 5 800 000 habitants. Près de 90% de la population est métissée. La capitale est Tegucigalpa . En dehors de ses deux bandes côtières, l'une Caraïbes et l'autre Pacifique, le Honduras est essentiellement constitué d'un plateau. Celui-ci est constitué de profondes vallées et de chaînes de montagnes volcaniques, qui s'élèvent à des altitudes supérieures à 2 800 mètres. Les forêts couvrent près d'un tiers du territoire. Parmi les cours d'eau les plus importants du pays, il faut citer l'Ulúa et le Rio Coco.
Le Honduras est un des pays les plus pauvres de l'hémisphère occidental et son économie basée sur l'agriculture et le bois a été fortement affecté par le phénomène climatique d’el Niño en 1997 et surtout par les incendies forestiers. Le passage de l'ouragan Mitch, en plus des 14 000 morts et disparus, a affecté un tiers des habitants du pays, plus d'un tiers des routes ont été détruites et beaucoup d'exploitations ont été dévastées avec la perte des récoltes de bananes et de café.  En plus des bananes et du café, les principaux produits agricoles du pays sont les haricots, le coton, le maïs, le riz, le sorgho le sucre et aussi des produits laitiers, des élevages de bovins et le commerce des fruits de mer (langouste, homards, crevettes ), également une petite industrie du bois.
Si la déforestation se poursuit au rythme actuel de 3 000 km² par an, il ne restera plus un arbre d'ici vingt ans. De vastes régions demeurent toutefois intactes, notamment la Mosquitia. Le pays abrite une faune abondante : jaguars, tatous, cochons sauvages, singes, alligators, toucans, hérons et martins-pêcheurs.

Le territoire qui correspond au Honduras actuel fut un foyer de la civilisation maya durant le 1er millénaire ap. J.-C., les ruines de Copán en témoignent. Il fut envahi ensuite par les Aztèques, puis par les Mosquitos.
 Christophe Colomb, qui accosta pour la première fois sur le continent américain à Trujillo, au nord du Honduras, en 1502, lui donna le nom de "Honduras". Les Espagnols s'installèrent à Trujillo en 1525, puis entreprirent la colonisation des régions montagneuses plus fraîches. Ils établirent leur capitale à Comayagua, dans le centre du pays, en 1537.
La résistance forte de 30 000 Indiens aurait, réussi à chasser les colons espagnols de l’intérieur. La découverte d'or et d'argent dans les environs de Tegucigalpa en 1570 attira les pirates britanniques et hollandais à Trujillo. Vers 1600, l’île de Roatán abritait, selon les estimations espagnoles, 5 000 boucaniers britanniques. Trujillo fut pillée en 1643 par des pirates hollandais et les Espagnols n'y rétablirent la paix qu'en 1787.
L'Espagne accorda l'indépendance au Honduras en 1821. Le pays fit alors brièvement partie du Mexique indépendant puis adhéra à la Fédération d'Amérique centrale. Des conflits entre conservateurs et libéraux mirent un terme à l'union et la nation proclama sa souveraineté en 1838. Depuis, deux factions politiques ont alterné au pouvoir entre de longs intermèdes militaires. Coups d'État, révoltes armées, fraude électorale sont monnaie courante dans cette partie du monde. À la fin du 19e siècle et au début du 20e, l'État fut dominé par des dictateurs libéraux, comme Marcos A. Soto, en 1876.
 En 1969, des incidents pendant un match de qualification pour la Coupe du monde de football opposant le Honduras au Salvador débouchèrent sur une véritable guerre. Celle-ci dura quelques jours seulement, mais marqua les relations entre les deux pays voisins pendant plus de dix ans.
Dans les années 80, malgré des voisins agités (Nicaragua, Salvador et Guatemala ), le Honduras est politiquement assez stable et devient la terre d'exil de la garde nationale de Somoza (Contras) lors du renversement du dictateur nicaraguayen par les Sandinistes. Cette stabilité fut entretenue par la présence militaire des États-Unis. L'élection de Chamorra à la présidence du Nicaragua en 1990 marqua la fin de la guérilla au Honduras.

Depuis 1998, la remise en état de la région dévastée par le cyclone Mitch se poursuit avec l’aide internationale. Le Honduras a été le plus touché. Les trois jours de pluie qui ont suivi le passage du cyclone ont provoqué des glissements de terrain et des inondations qui ont englouti les villes et détruit plus d'une centaine de ponts. La crue du Rio Choluteca a emporté la capitale Tegucigalpa en laissant derrière elle un océan de boue.

.